Couture

Celle qui faisait ses nuits

Il y a tout d’abord celle que tu passes éveillée, émerveillée à la regarder si jolie, si paisible, cette toute petite qui quelques heures à peine auparavant vivait en toi…

Puis il y a celle de la java, celle où les pleurs sont interminables et où ton cœur de maman se sert tellement fort devant une si grande impuissance à soulager ces petits maux des premiers jours sur Terre, celle où tu veilles jusqu’au petit matin en chuchotant des « tout va bien » jusqu’à l’arrivée des bras rassurants du papa…

Il y a celles que l’on a du mal à distinguer de la journée tellement le temps est distendu, élastique, incohérent, celles où l’on partage notre chambre, où nos nuits sont bercées par cette nouvelle respiration…

Il y a celles où tu te demandes si tu vas parvenir à nourrir cette petite vie correctement, celles où la panique gagne du terrain et fait couler des larmes…

Il y a celles où l’on commence à prendre nos habitudes, celles où l’on sait quand on va se réveiller, quand il faudra donner le sein ou changer une couche, celles aussi où l’on use les parquets pour soulager les coliques et rassurer…

Il y a celles où je t’ai gardée tout contre moi, ma Leïla, où même dans la fatigue la plus folle je me suis dit « garde pour toi ces moments si précieux, imprègne toi de ce petit corps de bébé » et bien sûr il y a celle où éreintée j’ai hurlé et pleuré pour finalement passer la nuit à culpabiliser…

Il y a eu celles où tu as découvert ta chambre à toi, celles où l’on se demandait « tu es allé l’écouter respirer » (à 8 mois on le fait toujours !), celles où il nous arrive de t’entendre brièvement pleurer et toute seule te calmer…

6 mois sans dormir (correctement) c’est épuisant et depuis 2 mois je crois que l’on est enfin sortis de ces galères de nuit et l’on peut dire que tu fais (enfin) tes nuits… 6 mois c’est tellement court à l’échelle d’une vie, cela passe tellement vite quand on regarde grandir un tout petit et pourtant 6 mois de privation de sommeil c’est une éternité qui peut rendre fou… Je n’ai pas trouvé de formule magique pour Leïla, pas plus que pour Titouan qui avait fait ses nuits à 10 mois, quelques cuillères de céréales dans un biberon en plus de l’allaitement, ce n’est peut être pas ça mais ça donne l’illusion d’être moins impuissant face à ces rythmes et ces circuits neuronaux qui se mettent en place… Le livre « Dormir sans larmes » a lui aussi été salvateur, pas de solutions mais des clés et des arguments scientifiques pour comprendre le sommeil des touts petits…

Et puis bien sûr, un beau pyjama…! Ca n’aide pas à multiplier les heures de sommeil mais ça adoucit celles que l’on passe éveillées…

Ce joli modèle, cousu en taille naissance et porté par Leïla à 3 mois 😉 correspond au footie coverall de chez Brindille & Twig. Très simple à réaliser il est idéal pour les bébés grâce à sa fermeture à l’avant et ses petits pieds. Je l’ai cousu ici dans un jersey molleton de chez Poppy Fabrics. Une formule magique qui aura peut être contribué à adoucir nos nuits et celle de Leïla, qui sait… ? Et si c’était vrai ? Je vous laisse, je file en coudre des dizaines pour Titouan qui à 23h15, est toujours en train de chanter dans son lit !

Je vous embrasse,

Edwige

La plus belle berceuse du monde, celle que je n’ai pas pu m’empêcher de leur chanter (faux) avant qu’ils partent pour leurs nuits…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.